COMMUNIQUE DE PRESSE

DATE : Le 13 février 2014

CONTACTS :
Pour la Commission Environnement et Développement Durable
– Maître Ingénieur Tharcisse Ndayizeye, 79918872
– Landry Ninteretse, 79 563 855

Pour une mise en œuvre effective des politiques environnementales

Suite aux inondations sans précédant ayant endeuillé le pays au début de cette semaine, Action for Peace and Development présente ses sincères condoléances aux familles éprouvées, appelle les acteurs concernés d’inscrire la mise en œuvre des politiques environnementales au cœur de leurs agendas et l’ensemble des citoyens à un geste de solidarité envers les sinistrés. Read more of this post

Advertisements

APD promeut et soutient les actions vertes.

Elèves du Lycée Sainte Famille plantant les arbres

Elèves du Lycée Sainte Famille plantant les arbres

Ce mardi le 21 janvier 2014, Action for Peace and Development (APD) à travers sa commission Environnement et développement durable a planté des arbres fruitiers dans les enceintes du Lycée Sainte Famille de Kinama. Cette activité entre dans le cadre de l’éducation à la protection de l’environnement que l’APD souhaite entamer en faveurs des jeunes scolaires.
APD qui collabore également avec le Lycée Sainte Famille dans le cadre du projet « Contribution de la jeunesse dans la recherche de la réconciliation au Burundi » promet de soutenir les actions entreprises par les élèves de cette école et ceux d’autres écoles en renforçant leurs capacités dans la consolidation de la paix, la promotion des droits humains et la protection de l’environnement.

Epuration en question à Buterere

Par Evode Irakoze

Samedi 15 septembre 2012, les membres d’APD ont effectué une visite écologique à la station d’épuration de Buterere.

 But de la visite: se rendre compte du processus de transformation et d’épuration des déchets avant leur acheminement vers le Lac Tanganyika, mais aussi se détendre après une longue semaine de travail.

Pour arriver à la station, nous avons emprunté un raccourci passant à travers les quartiers 9 et 10 de la commune Ngagara. Là le constat est amer et révolte notre esprit écologiste ; des lieux mal aménagés, des caniveaux bouchés, des eaux de ruissellement stagnantes quand il pleut pour ne citer que cela.

Les dégâts causés par ces eaux sont énormes : les routes goudronnées sont impraticables, les maisons sont menacées de démolition, les déchets apportés par l’eau de ruissèlement restent sur place, source de toutes sortes de maladies.

Arrivée à la station, ce sont des odeurs à peine supportables qui nous accueillent.  L’épuration ne se fait pas d’une manière très efficace. La station compte 6 bassins, rangés parallèlement 3 à 3. Du fait du mauvais entretien de ces bassins, les eaux peuvent passer d’un bassin à l’autre sans passer par la voie normale d’épuration, laquelle voie permet l’élimination des déchets solides de différente taille. Conséquence : l’eau provenant du bassin précédent peut entrer dans le suivant et continuer vers le Lac Tanganyika en l’absence d’une épuration effective.

Image

 

La couleur verdâtre du premier bassin est quasiment la même dans le troisième bassin qui déverse son contenu dans le lac/Photo APD

 Des produits chimiques sont utilisés pour épurer l’eau. Mais vu l’état des choses, le doute ne peut que subsister et des questions se posent : quelle est la qualité de l’eau que nous consommons ? Pourquoi cette station d’une importance vitale pour nous autres consommateurs est-elle si négligée et mal entretenue ? Y a-t-il une prise de conscience des responsables ?Et que manque-t-il pour remédier à la situation ?

Des questions auxquelles seules les autorités compétentes peuvent apporter des réponses. Mais en attendant, la prudence est de mise pour tous les consommateurs, et ceux qui le peuvent sont invités à bouillir l’eau de consommation. 

Rivière Kanyosha-Cri d’alarme!

Par Nestor Ndihokubwayo

Samedi 21 juillet 2012, je suis allé visiter la rivière Kanyosha, plus précisément dans la localité du Quartier Musama IV pour constater l’état des lieux de cette dernière. Le choc a été grand, le constat est tellement amer et cela pour différentes raisons.

Premièrement, des maisons sont construites et d’autres sont en cours de construction tout  au long de cette rivière. Les 25m entre le bord des rivières et les constructions ne sont plus respectés. Les normes environnementales de construction semblent être totalement ignorées. Read more of this post