Burundi : pour une jeunesse plus paisible, rapprochée et solidaire

Par Emile HAKIZIMANA (Membre de l’Action for Peace and Development)

Sous le thème : « Rapprochement et Solidarité entre Jeunes», une Campagne de mobilisation dans les quartiers de la capitale Bujumbura les plus touchés par la crise sociopolitique que connaît actuellement le pays est en train d’être menée du 10 mai au 05 juin 2016.

Après un atelier d’échanges du 1er avril 2016 sur les initiatives de paix les plus nécessiteuses à mener en temps de crise, les organisations des jeunes de la Société Civile œuvrant dans le domaine de la consolidation de la paix :Action for Peace and Development( APD), Réseau des Organisations des Jeunes en Action pour la Paix, la Réconciliation et le Développement des Jeunes en Action (REJA), Association pour la Promotion de la Fille Burundaise(APFB), Association Saint François d’Assises(ASFA), Union des Jeune pour le Développement Communautaire (UJEDECO) ainsi que les représentants des étudiants des Universités : Lumière de Bujumbura (ULBu), Lac Tanganyika(ULT) et Grands Lacs( UGL) ont ensemble décidé de conjuguer leurs efforts afin de contribuer à bâtir une société burundaise non violente, tolérante et véritablement démocratique.

De gauche à droite, le Staff de Coordination de la Campagne : M. Majambere, point focal Quartier Sud (APFB), V. Kaneza, point focal Quartiers Centre(ULT), E. Hakizimana, Coordinateur (APD) et E. Niyukuri, point focal quartiers nord (REJA)

De gauche à droite, le Staff de Coordination de la Campagne : M. Majambere, point focal Quartier Sud (APFB), V. Kaneza, point focal Quartiers Centre(ULT), E. Hakizimana, Coordinateur (APD) et E. Niyukuri, point focal quartiers nord (REJA)

Une crise autour du 3e mandat

Depuis le 26 avril 2015 et au lendemain de la proposition du Président Pierre Nkurunziza pour son 3e mandat par son parti CNDD-FDD, le Burundi reste marqué par des incidents violents et autres violations de droits humains dans certaines localités du pays et plus spécialement la Capitale Bujumbura. Ces troubles ont abouti aujourd’hui aux affrontements violents et armés.

Des jeunes plus actives et plus victimes

Déjà menacés par un chômage chronique, les jeunes Hutu, Tutsi et Twa sont sollicités et utilisés par les parties protagonistes durant cette énième crise sociopolitique burundaise. Tantôt les affrontements sont entre les jeunes de différentes tendances politiques, tantôt entre les forces de l’ordre et des groupes armés composés en majorité de jeunes. Comme conséquences, les morts se comptent par centaines, les prisonniers par milliers et les exilées par centaines de milliers parmi lesquels les jeunes majoritaires selon différents rapports des NU et autres. La destruction des biens matériels tant publics que privés, le désengagement des partenaires financiers du Burundi, le ralentissement de l’activité économique,… commencent déjà à peser lourdement sur l’économie du pays. Cet état des choses suscite des inquiétudes et risque de tuer l’espoir des opportunités d’entreprendre du jeune burundais alors qu’il évolue désormais dans un monde de compétition professionnelle.

Les jeunes leaders de la Société Civile et des partis politiques lors de la formation sur les valeurs démocratiques, de non violence et de leadership appropriés au Burundi.

Vue d’ensemble des participants: Les jeunes leaders de la Société Civile et des partis politiques lors de la formation sur les valeurs démocratiques, de non violence et de leadership appropriés au Burundi.

La paix d’abord

Face à cette crise de 2015 en continue, les jeunes leaders des organisations de la société civile et des universités ne peuvent pas rester indifférentes. Ils doivent plus que jamais se montrer actifs et apporter leur contribution dans le rapprochement communautaire, la cohésion sociale et ramener les citoyens burundais en particulier la jeunesse à leurs idées et efforts sur tout ce qui est d’intérêt général du pays en se focalisant prioritairement sur un développement économique durable.

Selon le Coordinateur de la Campagne Mr.Eric Hakizimana(photo ci-haut), ce projet pas moins pharaonique va commencer par les quartiers de la Municipalité de Bujumbura : Zone Nord : Kamenge, Kinama, Ngagara, Cibitoke, Buterere et Gihosha ; Zone Centre : Nyakabiga et Bwiza et Zone Sud : Musaga et Kanyosha. Tout de même, a-t-il conclut, les difficultés telles que financières et le doute sur les conditions sécuritaires sont à signaler quant à sa mise en application.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: