Les premiers fruits du projet « Contribution de la jeunesse dans la recherche de la réconciliation au Burundi » dans les écoles !

Par Eric Hakizimana
Le développement intellectuel doit aller de pair avec le respect des droits humains, le développement du sens moral et civique des enfants, en faire des hommes et des femmes dévoués au bien commun, respectueux des lois et règles de la vie sociale et œuvrant à les améliorer dans le sens de la justice, de l’équité et du respect mutuel. Tel est le souci commun des élèves-membres du club de paix de l’Ecole Technique de Bubanza.
Avec l’aide des encadreurs dudit club Monsieur Jean Marie Vianney KAPOKONI et Madame Pamela NIYONKURU dans l’une des séances qui s’est tenue le mardi en date du 31 janvier 2014, ces jeunes élèves et chercheurs en herbe en peacebuilding trouvent que, les écoles secondaires surtout celles à système d’internat, sont exposées à de nombreux défis tant organisationnels, matériels que financiers.

Dans le milieu estudiantin, le conflit, soit encore à l’état « latent » ou déjà en « surface », opposant les élèves entre eux, les professeurs entre eux, entre les élèves et l’école et entre élèves et le corps professoral est très fréquent. Ensuite, comme il en est déjà le cas dans certaines Ecoles du pays, l’Ecole jadis apolitique semble plus que jamais assaillie par la concurrence, les tensions, le fanatisme et les divisions politiques. Enfin, la diversité des croyances génère de l’intolérance religieuse et est aux yeux de ces élèves la plus permanente et complexe source de conflits. De cela, ils peuvent en effet confirmer le fait que le conflit est tout à fait « naturel » et « imprévisible ».

Désiré NTUNZWENIMANA membre du Club de paix à l'ETB, après la séance de formation

Désiré NTUNZWENIMANA membre du Club de paix à l’ETB, après une séance de formation

Pour l’élève Désiré NTUNZWENIMANA, les élèves de l’ETB en général et ceux du club de paix en particulier sont déjà motivés et enthousiasmés dès le départ à participer au programme initié depuis juin 2013 par l’Action for Peace and Development (APD), sur la gestion non violente des conflits dans les écoles secondaires. Ces élèves semblent désormais engagés à prendre en mains la gestion des conflits internes à leur chère Ecole afin de réduire le choc des contrecoups entre les différentes parties qui peuvent inévitablement s’opposer.

Pour lui, malgré que l’ETB soit une Ecole mixte, regorgeant plus de 1.000 élèves, partageant un lit par deux, avec deux horaires (rounds) au réfectoire, tous issus de catégories différentes ethniques, religieuses et politiques; certains d’entre eux ont déjà développé des capacités à accepter les différences et à apprécier les autres cultures afin de renforcer les valeurs requises pour la vie en commun mais aussi et surtout à entreprendre des actions constructive de façon durable à la gestion des conflits.

Le même élève affirme avoir déjà départagé trois élèves amis en conflit acharné sur le partage d’un matelas et se réjouit qu’il ait parvenu à convaincre l’un d’accepter de prendre la solution proposée par le Directeur d’internat qu’à cause de l’insuffisance de lits, ceux qui n’ont pas eu de lits pouvaient prendre un matelas et aller dormir dans la salle réservée pour eux.
« Mon intervention (dit-il), venait du fait que j’avais déjà compris que je peux anticiper et m’impliquer activement en tant que leader bénéficiaire d’une avance de formation sur la résolution pacifique de conflit. Je me suis senti à la fois responsable et élève, pouvant être de près ou de loin concerné par le conflit et ses conséquences, sans attendre les autorités qui sont déjà occupées par d’autres activités ».

Le club de paix vient donc outiller l’individu et à fortiori l’élève, pour lui permettre dès son bas – âge, de vivre en harmonie avec lui-même, avec la société et avec la nature et d’en faire un futur leader qui ne se contentera pas seulement de regarder le conflit mais qui entreprendra des actions concrètes, responsables et durables.
L’école est l’un des lieux privilégiés de formation des futurs citoyens, le vecteur des valeurs dont la société de l’heure a le plus besoin.

Photo de famille/Club de paix Ecole Technique de Bubanza

Photo de famille/Club de paix Ecole Technique de Bubanza

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: